Le système de constellations n’est en aucun cas un jeu de rôles, on ne joue pas. C’est un travail profond de rééquilibrage d’une personne, face à son clan, à son énergie karmique, à ses manques et ses besoins. Cet outil se présente particulièrement comme une parole efficace par rapport à d’autres méthodes pour le simple fait qu’il s’appuie sur la mise en place d’une dynamique de groupe et sur l’énergie de ce même groupe qui permet alors sa remise en circulation.
Comme je l’ai déjà expliqué dans le livre “Les Constellations médiumniques” (Paris – Ed. Le loup des steppes) il y a une différence substantielle entre ma méthode et les constellations du type traditionnel génériquement définies comme « familiales » ou « systémiques » :

« Effectivement, il y a des distinctions à faire, soit au niveau de la mise en place de la séance même, soit au niveau de son déroulement. Lors des « constellations familiales », en général, la personne constellée, décide du thème de sa constellation, choisit les représentants de sa famille à mettre en place (père, mère, grands-parents, enfants, …) et choisit même leur place dans l’espace de la salle. Dans mon cas, je suis une démarche complètement différente. Au lieu de demander au constellé le sujet de ses problématiques, c’est moi-même qui demande à son « âme » ce qu’il est préférable de mettre en lumière pour le libérer et le résoudre. Une fois cette première information obtenue, ce qui n’est pas toujours évident et facile, et qui reste parfois caché et incompréhensible sur un niveau conscient, je choisis les personnes que « j’utiliserai » pour la mise en place de la constellation. Toujours en canalisation, je positionne les personnes avant de les laisser elle-même décider de leurs mouvements. Il est donc évident que dans ma méthode, tout du moins dans une phase initiale, la personne constellée a un rôle plutôt passif et d’observation, ceci dans le seul souci de dépasser son niveau mental et conscient depuis le début. Laisser trop de pouvoir décisionnel à la personne ne peut qu’orienter la constellation très souvent dans une direction qui n’est pas forcément celle de la résolution du problème réel.
Quant au déroulement, il est le reflet de la même stratégie d’action. Lorsque je démarre une constellation il n’existe aucune logique systématique. Au contraire du système des « constellations familiales », je n’ai aucun cadre préalable de référence fixe ; aucun échiquier stéréotypé à utiliser comme point de départ. Les personnages dans mon cas, sont posés les uns après les autres sur la base des informations que je reçois. C’est pourquoi à côté de ceux qui représentent des personnes réelles, on peut trouver aussi la personnification d’émotions, d’objets, de lieux, de pathologies… tous ces derniers éléments, en dépit de leur incohérence apparente forment en réalité un cadre logique d’où je peux faire démarrer la dynamique de la constellation même ».

Même si cela peut paraître étonnant, les constellations familiales ne considèrent jamais le plan karmique et leur but est surtout de « montrer » une problématique plus que de proposer une réelle guérison, ce qui en soit est déjà très intéressant et important mais dans le long terme, cela ne s’installe pas.